Il y a 4 ans, jour pour jour, heure pour heure, je venais d'arriver à l'hôpital où l'on m'a annoncé le diagnostique et expliqué ce qui allait se passer pour moi les mois suivants.

Je n'en reviens pas comme c'est passé vite. Il s'est passé tellement de choses dans un si petit laps de temps... L'annonce de la maladie, les premières chimios, l'impression d'attente, toujours... toujours attendre que le temps passe, de trouver un donneur, de se dire qu'à tout moment on peut nous dire que ça fonctionne pas, mais mis à part quelques frayeures, tout s'est bien passé. Même si parfois ça a mit du temps.

En même temps mon cerveau à tellement bien occulté tous les mauvais moments, les mauvais souvenirs, les douleurs, les complications... que j'ai l'impression que c'était il y a très très longtemps. Si je ne voyais pas les petits séquels et traces sur le corps que j'ai gardé, j'aurais l'impression que c'est arrivé à quelqu'un d'autre. Ce n'est pas à ce point là certes, mais presque. Il ne me reste que des cicatrices, des cheveux qui se font désirer (j'ai un traitement maintenant) et quelques angoisses lorsque j'ai une douleur quelque part ou un gros coup de fatigue. 

Mais à priori je m'en sors bien, je n'irai pas jusque dire que je suis guérie, et je ne pense pas le dire vraiment un jour, mais j'ai eu beaucoup de chance et de très bons médecins.

J'ai aussi eu la chance d'être très bien entourée par mes amis, ma famille et vous qui vous êtes attachés à moi à travers ce blog.  Et pour cela je crois que je ne vous remercierai jamais assez.

Maintenant j'attends de pouvoir reprendre mon envol, mon indépendance, dans mon petit appartement, et surtout, me trouver un job, parce que ça devient long. Mais je garde confiance, j'ai pas le choix après tout, c'est dans ma nature d'être optimiste. 

Et pour finir sur une note de couleur, je vous met ici une photo des succulents macarons Ladurée que Willy m'a offert samedi dernier. 

 

P1080086